Chargement

Faut-il vraiment fermer son PEL en 2020 ?

Posté le : 14/01/2020

Depuis plusieurs mois, les banques tentent de convaincre leurs clients de fermer ce placement qui a fêté ses 50 ans en 2019 et qui a été conçu pour permettre de préparer un projet immobilier. Leurs arguments sont imparables. Mais faut-il vraiment les écouter ?

Premier argument des banques : ce produit ne rapporte plus rien. Le PEL, plafonné à 61 200 euros, est actuellement rémunéré au taux de 1 %. Au-delà de 10 ans, la rémunération au taux initial est maintenue, mais il n'est plus possible de faire de versement. Le CEL (compte épargne logement), son petit frère, est lui rémunéré au taux de 0,5 %. Il est possible de verser jusqu'à 15 300 euros. De plus, les intérêts des PEL et des CEL ouverts depuis le 1er janvier 2018 sont soumis à la flat tax de 30 %. Surtout, l'intérêt du PEL, le plan d’épargne logement, ou du CEL (compte épargne logement) résidait dans le fait qu'ils donnent droit, à l’échéance, à un prêt immobilier à un taux connu d'avance. Or le taux d'emprunt que l'on peut obtenir avec un PEL est de 2,20 % (jusqu'à 92 000 euros empruntés) et de 2 % avec un CEL (jusqu'à 23 000 euros empruntés). Des taux sont très élevés comparés à ceux proposés dans les banques (1 % sur 15 ans en taux fixe).

Dans ces conditions, faut-il fermer son PEL ?

Pas vraiment. Car si les nouveaux ne rapportent plus rien, les anciens restent très intéressants. Selon la date à laquelle, ils ont été signés, ils peuvent rapporter gros aux épargnants et coûter cher aux banques. Si votre PEL date d'avant 2011, vous avez le droit de le garder aussi longtemps que vous voulez et il vous rapportera chaque année le taux qui était prévu au départ. Seule limite, vous ne pouvez plus verser d'argent dessus au bout de dix ans. Mais contrairement à ce que laissent souvent entendre les banques, vous n'êtes pas obligé de le fermer. Les plans ouverts après 2011, eux, ont une durée limitée de quinze ans. Ils sont ensuite automatiquement convertis en livrets classiques.

Problème pour les banques, les épargnants gardent précieusement leurs anciens PEL qui représentent encore plus de 20 % de l’encours total. Il faut dire que les plans d'avant 2003 rapportent au moins 3,27 % par an, voire plus de 6 % pour ceux qui ont été signés jusqu'au milieu des années quatre-vingt-dix. Soit beaucoup plus que n'importe quel autre placement sans risque et beaucoup plus que le livret A dont le taux d'intérêt est aujourd'hui de 0,75 %. Une rémunération qui agace sérieusement les banques. Le Canard enchaîné a ainsi calculé que ce surcoût se monte globalement à six milliards d'euros par an. Il est donc très intéressant de garder ses vieux PEL malgré l’alourdissement de la fiscalité. Les PEL ouverts depuis plus de 12 ans sont imposés à 12,8 % en plus des prélèvements sociaux à 17,2 %.

Autres articles

Surveillance accrue pour les épargnants

Le Pôle commun à l’ACPR et à l’AMF remplit, depuis plus de sept ans, sa mission de protection des clients dans les secteurs de la banque, de l’assurance et des services financiers. Bilan de l’année 2016

Lire la suite

Phishing de carte bancaire : attention à la négligence

En cas de piratage d’une carte bancaire, la banque n’est pas tenue de rembourser en cas de négligence du client.

Lire la suite

Le bitcoin inquiète l’AMF

Depuis plusieurs semaines, le Bitcoin a vu sa valorisation croître brutalement. Cette valorisation peut aussi bien s’effondrer de la même manière, prévient l’AMF.

Lire la suite

Pourquoi le nombre de Livret A chute ?

Les Français détiennent de moins en moins de Livret A mais ils restent très attachés à ce placement. Explication de ce paradoxe.

Lire la suite

Pas de taxation du livret A

Les ministères de l'Economie et des Comptes publics ont démenti tout projet de taxation du livret A.

Lire la suite

Que pensent les indépendants de leur banque ?

Huit dirigeants de TPE sur dix font confiance à leurs banques et à leur conseiller, selon le premier millésime d'un baromètre mis en place par la Médiation du crédit aux entreprises en collaboration avec Deloitte et In Extenso.

Lire la suite