Chargement

15 choses à retenir du marché immobilier pro en 2018

Posté le : 25/05/2019

- Après avoir débuté sur le thème d’une reprise mondiale synchronisée, 2018 a été marquée par un ralentissement de la croissance économique mondiale.

- Les taux des titres d’Etat à 10 ans en Europe ont moins augmenté en 2018 que ce qui avait été anticipé, Italie mise à part.

⁃ Malgré le tassement de la croissance économique, le marché des bureaux en Europe est globalement resté actif

⁃ Les commercialisations ont été tirées notamment par les créations d’emploi et la modernisation par les entreprises de leurs espaces de travail.

⁃ La rareté de l’offre est forte sur de nombreux coeurs de marchés, un élément favorable à la hausse des loyers dans ces localisations.

⁃ Les volumes investis en Europe ont été élevés en 2018.

- L’offre de produits prime est restée limitée par rapport à la demande, maintenant les taux de rendement prime à un niveau bas.

⁃ La montée en puissance du commerce en ligne pousse les investisseurs à une grande prudence dans leur allocation en commerces, en particulier en centres commerciaux, et à se tourner vers la logistique.

⁃ En 2019 l’immobilier fera face à un environnement plus complexe

⁃ Les signes d’une décélération de la croissance mondiale sont visibles et en zone euro les élections européennes (mai 2019 et le Brexit maintiendront probablement l’incertitude à un niveau élevé

⁃ Au niveau de la politique monétaire, la Fed est ouvertement attentiste et la BCE devrait maintenir des conditions monétaires très accommodantes en 2019

⁃ Les taux des titres d’Etat à 10 ans en Europe pourraient croître modérément en 2019

⁃ L’écart entre taux à 10 ans et taux immobiliers pourrait diminuer à court et moyen terme et compenser au moins partiellement l’impact de la hausse des taux des titres d’Etat à 10 ans sur les taux de rendement immobiliers

⁃ Compte tenu de la demande, les taux de rendement immobilier devraient rester à des niveaux bas pour les actifs prime même si des hausses ponctuelles ne sont

pas à écarter.

⁃ Compte tenu de la rareté de l’offre observée sur de nombreux quartiers centraux des affaires une hausse modérée des loyers de marché en 2019 reste envisagée

⁃ Il faudra néanmoins rester attentif à la production de nouveaux bureaux et à l’évolution de la demande locative, sensible à un ralentissement économique marqué.

Autres articles

Immobilier : les villes ou la bulle peut exploser

UBS a passé en revue le marché immobilier des grands centres financiers mondiaux pour identifier les risques d'éclatement de bulle immobilière.

Lire la suite

Quand Macron dope le marché de l’immobilier de luxe

Magique ! La France regagne le classement des pays les plus attractifs actuellement sur le marché de l’immobilier de prestige international.

Lire la suite

Les pros de l’immobilier sont confiants

Les professionnels de l'immobilier se disent "optimistes" pour le marché du logement en 2017.

Lire la suite

Immobilier : pourquoi l’ouest parisien n’a plus la cote ?

Selon les notaires franciliens, le marché immobilier résidentiel s’est profondément restructuré dans Paris depuis 25 ans.

Lire la suite

L’immobilier garde une place importante dans le patrimoine des ménages

Début 2015, 62,7 % des ménages métropolitains possèdent un patrimoine immobilier, que ce soit leur résidence principale ou un autre logement.

Lire la suite

L'immobilier américain dopé par Trump

L'indice du marché immobilier américain a grimpé à 71 au mois de mars 2017, contre 66 de consensus de place et 65 pts un mois auparavant.

Lire la suite